Lundi 4 novembre, près d’un an après l’ouverture opérationnelle de la Maison, avait lieu l’inauguration officielle en présence de nombreux convives.

Ce moment convivial a rassemblé l’ensemble des acteurs du projet, depuis l’idée de départ à son ouverture, en passant par la conception et la construction du bâtiment en lui-même.

Le traditionnel coupé de ruban a marqué ce temps inaugural et le début des visites.

Les visites revêtaient un caractère particulier et ont été très appréciées car, conduites par les usagers (les occupants de la Maison) eux-mêmes.

« Nous avons évoqué avec les usagers la possibilité qu’ils participent et certains se sont emparés du sujet avec plaisir, ça fait partie des démarches de réhabilitation » Dr Christelle Paillard – Psychiatre, responsable de la Maison de la Réhabilitation.

Séverine a ainsi mené un groupe à travers les lieux de vie, les salles d’activités et les chambres des usagers.

Le temps inaugural

Les discours

  • Christophe Verduzier – Directeur du CH Laborit
  • Dr Sylvie Peron – Présidente de la CME du CH Laborit
  • Dr Christelle Paillard – Responasble de la Maison de la Réhabilitation Psychosociale du CH Laborit
  • Yves Petard – Président UNAFAM de la Vienne
  • Anne-Florence Bourat – Présidente du Conseil de surveillance du CH Laborit
  • Dominique Clément – Maire de Saint-Benoît
  • Peggy Tomasini – Chargée de mission au CCAS de Poitiers
  • Dolorès Trueba De La Pinta – Directrice de la DD de la Vienne de la Nouvelle-Aquitaine

Christophe Verduzier, Directeur du CH Laborit a salué ce projet unique, les efforts de l’équipe à l’initiative de la Maison et le très bel équipement réalisé par l’Agence Créature – architectes.

Le Dr Sylvie Peron, Présidente de la CME de l’hôpital poursuit ce temps inaugural « avec beaucoup de bonheur et d’espoir le projet le plus passionnant mais aussi le plus difficile » qu’elle ait mené et certainement le plus long pour l’institution. L’idée est née en 2006 d’un voyage d’études en Finlande où elle a découvert une maison moderne accueillant un projet de réinsertion pour de jeunes patients schizophrènes.

L’idée mûrit pour un projet similaire à Poitiers et s’en suit alors, à partir de 2007, un véritable parcours du combattant avec un premier projet présenté à l’ARS en 2010 et quatre années pour le finaliser. Le projet est alors porté par les usagers et propose 33 places pour des jeunes entre 18 et 35 ans présentant une schizophrénie débutante. Le concept proposant évaluations, soins et réinsertion dans la cité : habitat, professionnel et scolaire.

Plusieurs lieux d’implantation sont envisagés et le projet ne cesse d’être reporté.

En 2014, l’ARS propose un projet en trois tranches de 11 patients et une première ouverture est envisagée sur la commune de Mignaloux-Beauvoir. Un nouveau projet voit le jour fin 2014 avec 18 patients. Finalement, l’équipe s’installe provisoirement dans une maison en location à Saint-Benoît et y restera 4 années.

« La Maison de la Réhabilitation que j’ai le plaisir d’inaugurer aujourd’hui sur la commune de Saint-Benoît, ouvre finalement ses portes en septembre 2018 avec 12 patients puis très rapidement 18. Je tiens à remercier les différentes équipes qui se sont succédé sur le projet, toujours avec la même motivation et les politiques qui ont soutenu le projet.

« La suite de l’histoire appartient au Dr Paillard » conclut Sylvie Peron en laissant la parole à la Responsable de la Maison.

Le Dr Christelle Paillard, médecin psychiatre est la responsable de la Maison de la réhabilitation.

« C’est une longue et belle aventure, et je suis fière que Sylvie Peron m’ait confié ce projet.

Les cadres de santé ont tous contribué à leur manière à la réussite de cette odyssée et en particulier Corinne Bonnet-Tanneur par son optimisme et Magali Durand qui a apporté un regard nouveau au projet. Toute l’équipe fait preuve de motivation, d’engagement et de persévérance.

« Nous sommes animés par le souci de prise en charge et d’interventions précoces ».

Les équipes de l’hôpital ont fait un travail formidable pour l’ouverture et nous accompagne au quotidien.

Les usagers sont partie prenante de ce projet, ils reprennent leur pouvoir d’agir en s’engageant avec nous dans un processus de réhabilitation.

« C’est ensemble que nous construisons l’identité de cette Maison »

La responsable tient à souligner l’engagement constant de l’UNAFAM avec monsieur Renaud puis Yves Pétard à nos côtés.

« Je salue l’ouverture d’esprit de Dominique Clément, maire de Saint-Benoît qui nous accueille sur sa commune et les collaborations riches avec de nombreux partenaires locaux », conclut Christelle Paillard.

Le représentant de l’UNAFAM de la Vienne, Yves Pétard introduit son discours en précisant qu’il y a encore du travail mais qu’il y a une réelle évolution et un lien fort entre la psychiatrie et la société. « La mobilisation des professionnels nous encouragent et montrent l’importante des aidants de proximité dans la reconnaissance du rétablissement ».

« Nous continuerons à prendre notre part avec optimisme et enthousiasme ».

Anne-Florence Bourat, présidente du conseil de surveillance du CH Laborit s’est dit très heureuse de l’aboutissement du projet.

(de gauche à droite) Christophe Verduzier – Yves Pétard – Dolorès Trueba – Sylvie Peron – Anne-Florence Bourat

« Je remercie le Dr Peron pour sa ténacité ».

L’hôpital Laborit est un établissement innovant et précurseur qui irrigue le territoire par ses compétences et sa dynamique », souligne madame Bourat.

Le maire de Saint-Benoît, Dominique Clément, prône la tolérance et la culture sur sa commune.

« Je suis flatté d’accueillir sur ma commune un établissement comme la Maison de la Réhabilitation et je remercie Séverine, usager, pour la visite constructive de son lieu de vie et de soins ».

Peggy Tomasini du CCAS représentait le maire de Poitiers, Alain Claeys, retenu par d’autres obligations.

« Les usagers ont toute leur place dans la cité aux côtés de tous comme la Ville l’est dans le Conseil Local de Santé Mentale. Merci pour votre persévérance et l’espoir qui vous anime pour faire vivre cette maison qui redonne le pouvoir d’agir. C’est un lieu vivant et ouvert, qui nous permet de nous positionner face aux différences ».

La Directrice de la délégation départementale de l’ARS Nouvelle-Aquitaine, Dolorès Trueba De La Pinta, salue en premier lieu la « ténacité du Dr Péron et du Dr Paillard qui ont œuvré sans relâche pour l’ouverture de cette belle Maison, les usagers méritent cette dignité ».

« Aller vers la ville est devenu plus qu’une nécessité, un droit citoyen ».

L’Agence soutient le projet de la Maison de la Réhabilitation à hauteur de 1,2 millions d’euros, comme d’autres projets de l’hôpital avec tous les acteurs qui peuvent y contribuer.

Voir la page web de la MRP