Après une formation d’infirmier psychiatrique à Châlons en 1986, Marie-Jeanne Berthier exerce sur le site de la Milétrie pendant plusieurs années. En 1996, elle intègre l’école des cadres au CHU de Poitiers et enseigne à l’IFSI.
Elle revient comme cadre supérieure de santé à l’hôpital où elle travaille à l’Essor puis dans d’autres services de l’hôpital.
En 2007, elle rejoint le Centre de formation social et sanitaire du lycée Saint Jacques de Compostelle et propose la création, avec madame Mercadé (ancienne responsable du service des Tutelles du CH Laborit), du diplôme de Mandataire judiciaire* à la protection des majeurs, seule formation de ce type dispensée sur le territoire du Poitou-Charentes.

Marie-Jeanne Berthier se forme en Droit grâce à un Master en 2013 et exerce ensuite le métier de mandataire judiciaire en libéral avant de prendre ses nouvelles fonctions au sein de l’hôpital Laborit en janvier 2020.

Marie-Jeanne Berthier

 

« C’est assez original pour ce métier de venir du soin, explique la nouvelle responsable du service, mais cela prend tout son sens dans le service apporté aux populations vulnérables particulièrement en présence de troubles psychiatriques. Le respect des droits des personnes protégées est un grand sujet d’intérêt pour moi.« 

Elle a sous sa responsabilité plusieurs services de protection des majeurs dont l’hôpital, l’Essor et l’Ehpad Le Village du GHNV de Châtellerault et ses équipes accompagnent de plus de 600 personnes (600 mesures).

De nombreux projets vont ponctuer la vie du service avec une équipe renforcée, 9 mandataires et 9 gestionnaires répartis sur les 3 établissements.
Marie-Jeanne Berthier a de l’ambition pour se service « il faut créer une identité des services de protection des majeurs et restituer la personne protégée dans ses droits ».

Elle s’attaque en particulier à un chantier important qui émane de l’évolution de la législation. En effet, la loi interdit désormais l’utilisation de la Trésorerie publique comme banque pour les majeurs protégés. Cet argent va donc revenir en gestion privée et individualisée. « Il n’y aura plus de distribution d’argent depuis l’hôpital. C’est un énorme chantier technique et financier qui va impacter les usagers et les équipes, précise la Responsable, mais ce nouveau fonctionnement favorisera l’autonomie des patients et participe au principe de réhabilitation même ».

« Ce projet a du sens, c’est un levier d’autonomie et d’intégration des majeurs protégés dans la société.« 

Le service de Mandataire judiciaire du CH Laborit est le 3ème plus important service de la Vienne.

Focus métier

Le mandataire judiciaire* à la protection des majeurs (MJPM), métier institué par la loi du 5 mars 2007, exerce, sur mandat du juge des tutelles les mesures de protection civile des majeurs (sauvegarde de justice, curatelle, tutelle) protégeant les personnes qui en raison d’une altération de leurs facultés mentales ou physiques sont dans l’incapacité de faire face seules à leurs intérêts. Le métier de mandataire judiciaire vient remplacer en 2007 le « délégué à la tutelle ». Agissant sur demande du juge des tutelles, et lorsque la famille du majeur protégé est défaillante ou absente, il peut assister ou représenter une personne (parfois temporairement) sur le plan patrimonial et/ ou personnel.