Le nouveau mur de la Maison de la Réhabilitation a été officiellement inauguré en petit comité en mai, en présence de Christophe Verduzier, directeur du CH Laborit, Dr Christelle Paillard – Psychiatre responsable de la Maison de la Réhabilitation et son équipe, Bernard Peterlongo, maire de Saint-Benoît et son 1er adjoint Alain Joyeux, Sébastien Doucet, directeur de l’Arbre Vert, partenaire du projet avec la ville et l’artiste graffeur poitevin Said Boucenna (lire son portrait dans le 7 info).

Street art à la Maison de la Réhab’

« Ce projet de collaboration découle d’une réflexion autour de la Réhabilitation avec les usagers et l’équipe et d’une belle rencontre avec Said Boucenna » souligne le Dr Christelle Paillard, psychiatre, responsable de la maison psychosociale.

Said Boucenna, artiste peintre et graffeur poitevin a été rapidement associé au projet thérapeutique et artistique de la Maison.

« Tous les usagers ont été associés, il y a eu une vraie rencontre avec l’artiste, précise Magali Durand – cadre de la Maison de la Réhabilitation, chaque idée a été prise en compte même s’il a fallu faire des choix pour la création finale« .

Les première séances ont permis aux usagers d’appréhender les différentes techniques avec Said Boucenna avant de détailler celle, spécifique du graff.

Chaque usager a réalisé des affiches individuelles qu’ils ont pu garder. « C’est un chouette souvenir de ce projet » se souviennent Morgan et Marine, qui a imaginé le caméléon – toutes deux usagers de la Maison.

« Dans notre maison, sans espoir il n’y a pas de démarche de soin et de rétablissement »

Le graffeur a ensuite mené un travail de réflexion avec les usagers, encadrés par Élise Métais, infirmière qui animait le projet, Laurence Drouineau, éducatrice et Magali Durand, sur les « ingrédients » du rétablissement avec pour maître mot l’espoir.

C’est ce mot ESPOIR qui a été le fil rouge du projet et qui domine l’œuvre globale.

« Dans notre maison, sans espoir il n’y a pas de démarche de soin et de rétablissement », rappelle Christelle Paillard. « On a avancé ensemble tout en respectant leurs idées et leurs choix » insiste Said Boucenna.

« L’art et la culture sont des vecteurs indispensable au rétablissement« , rappelle le Dr Christelle Paillard avant de remercier, avec Corinne Bonnet-Tanneur – cadre supérieur de santé, les mécènes, l’Arbre Vert, et la mairie de Saint Benoît sans qui ce projet n’aurait pas pu voir le jour.

« J’aime travailler avec ce public attachant » conclut l’artiste poitevin qui n’exclut pas une nouvelle collaboration avec l’hôpital…

Usagers, professionnels, familles et visiteurs, tout le monde est conquis par cette création originale !

  • Vous voulez voir le mur ? Rendez-vous au 36 rue du Pré-Médard à Saint-Benoît.

>La presse en parle

>Voir la page de la Maison de la Réhabilitation