Le dispositif d’urgence médico-psychologique a été constitué dans les suites de l’attentat survenu à la station RER Saint-Michel (Paris) le 25 juillet 1995, afin d’assurer la prise en charge des victimes confrontées à un événement psycho-traumatisant.
En effet, tout événement à fort retentissement émotionnel occasionne non seulement des blessures physiques, mais aussi des blessures psychiques individuelles ou collectives, immédiates ou différées, aiguës ou chroniques.

Ces victimes nécessitent des soins d’urgence au même titre que les blessés physiques.
L’intervention des CUMP est déclenchée par le SAMU (service d’aide médicale urgente), après évaluation de la situation.

Relevant des agences régionales de santé (ARS), ces cellules font intervenir des professionnels de santé volontaires : médecins psychiatres, psychologues, infirmiers… préalablement formés. Ils sont rattachés aux établissements de santé, sièges de SAMU et d’hôpitaux psychiatriques.
Les CUMP relèvent d’une mission d’intérêt général.

Télécharger la plaquette